Les réfugié.e.s

map mvnt refugiesEn 2014, on dénombrait 5 millions de réfugiés palestiniens enregistrés par l’UNRWA, l’Agence des Nations-Unies pour les réfugiés palestiniens. Ces réfugiés vivent en Syrie, en Jordanie, au Liban et dans les territoires palestiniens (bande de Gaza et Cisjordanie).

Mais comment sont « apparus » ces réfugiés palestiniens?

Selon la définition des Nations-Unies, les réfugiés palestiniens sont les personnes et les descendants des personnes qui vivaient en Palestine avant la création de l’état israélien. Ils ont dû fuir ou ont été expulsés au cours des premiers mois de l’année 1948, laissant derrière eux leur foyer et leurs biens.

Après la fin de la seconde guerre mondiale, en novembre 1947, les Nations-Unies ont adopté une résolution en vue de créer refugies photoun Etat pour les Juifs. Il fut décidé de façon tout à fait arbitraire d’octroyer plus de la moitié de la Palestine (+/-55%) aux Juifs sans consulter la population locale palestinienne. A l’époque, la Palestine était sous tutelle britannique et n’eût dès lors pas son mot à dire dans cette décision. La mise en place de l’Etat Israélien ne s’est pas faite sans violence. Lors de la guerre civile qui opposa Palestiniens et Israéliens, 400 villages palestiniens furent détruits, des dizaines d’autres villages occupés, et plusieurs massacres de Palestiniens furent orchestrés, poussant les Palestiniens à l’exil. C’est ce que les Palestiniens appellent la Nakba : « la catastrophe ».

Quels droits pour les réfugiés ?clefs refugies

Les Nations-Unies reconnaissent le « droit au retour » des réfugiés depuis 1948. Malgré cette adoption légale, les Palestiniens n’ont toujours pas pu retourner chez eux. Les personnes exilées ne peuvent renoncer à leurs origines. Elles gardent alors fréquemment la clef de leur ancienne maison dans l’attente de ce retour espéré et légitime, mais refusé par le gouvernement israélien.

Avec les années, les camps de réfugiés se sont de plus en plus ancrés localement. Mais les Etats-hôtes (Liban, Jordanie, Syrie) n’acceptent pas l’idée de voir les réfugiés s’établir durablement. Ils restent donc dans des conditions de vie très précaires puisqu’en théorie, cette situation n’était pas faite pour durer. Cette précarité est également présente dans les camps en Palestine.

Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien.